mercredi 11 juin 2014

Du financement de la propagande

Propagande n. f.
  1. Action systématique exercée sur l'opinion pour lui faire accepter certaines idées ou doctrines, notamment dans le domaine politique ou social.


Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'est le terme officiel utilisé dans le code électoral pour parler de la campagne d'un candidat lors d'une élection. Rien que cette information valait le détour.

Lors des récentes élections européennes, j'ai reçu à mon domicile une enveloppe officielle contenant les profession de foi des différents partis candidats dans ma région. N'ayant pas la télévision, je n'ai fais mon choix que sur ces brochures. Il y avait dans l'enveloppe 9 brochures, donc neuf partis représentés. Le jour de l'élection, je me rends à mon bureau de votre, et sur la table où sont disposés les bulletins de votes, il devait y avoir une quinzaines de bulletins différents. Quinze partis.

Étonnement de ma part. Pourquoi n'ai-je reçu que neuf brochure s'il y avait quinze partis candidats ? Je vote, conservant mon choix initial mais déçu de n'avoir pas pu faire une comparaison exhaustive de tous les candidats. Je rentre chez moi et fait une vérification rapide sur le ministère de l'intérieur. Dans ma région, 25 listes étaient candidates aux européennes. Des 25 candidats, je n'avais reçu que 9 profession de foi, et ne pouvais voter que pour 15 !

De l'étonnement je passe à un sentiment de frustration, et de colère. Frustration de n'avoir pas eu un réel choix proposé, colère vis à vis du système qui permet ce genre de chose. Je me suis donc renseigné pour comprendre pourquoi de nombreux partis n'avaient pas leur profession de foi dans l'enveloppe officielle, ni les bulletins de vote prêts à l'emploi à mon bureau de vote. Je me suis donc plongé dans le code électoral pour comprendre la cause.

Le Mémento officiel à l'usage des candidats, document fournit par le ministère de l'intérieur, indique les modalités de remboursement des dépenses de propagande :

Aux termes de l’article 18 de la loi du 7 juillet 1977, sont à la charge de l’Etat, pour les listes ayant obtenu au moins 3% des suffrages exprimés, le coût du papier, l’impression des bulletins de vote, affiches et circulaires, ainsi que les frais d’affichage.


Pas besoin d'aller chercher plus loin que cela. On retrouve encore le principe merveilleux d'Égalité, gravé en gros sur les frontons de nos mairies. Les partis politiques doivent imprimer eux même leurs affiches, professions de foi et bulletins de vote, et seront remboursés par l'État. Si ils obtiennent plus de 3% des voix. Là encore on découvre un véritable frein aux petits partis qui tentent de faire entendre leur voix.

En outre le plafond autorisé par l'état pour la campagne atteint souvent des proportions démesurées qui permettent aux gros partis de creuser plus l'écart. Certains ne se gênent d'ailleurs pas pour essayer d'aller au delà de cette limite imposée par l'état. En 2012, pour l'élection présidentielle, le plafond des dépenses de propagandes était fixé à 30 centimes d'euros par habitant, soit un peu moins de 20 millions d'euros. Somme inatteignables pour un petit parti, mais trop petite pour l'UMP ou le PS.

Utopie

Je me permet de reprendre ma petite plume utopiste. Imaginons un instant que les partis n'auraient pas le droit à une communication non officielle. Ni tracts, ni affiches placardées. Rien. Interdiction totale. Une fois la liste des candidats officielle connue, chacun aurait le droit à :

  • une affiche collée devant chaque bureau ed vote;
  • une courte profession de foi, sur une feuille A4;
  • un programme officiel et détaillé, sur 4 pages A4;
  • les bulletins de vote en nombre suffisants;


Ils n'auraient qu'à déposer, sur une plateforme dédiée, les originaux numériques, et les services compétents se chargeraient de l'impression et de la distribution aux électeurs. Ainsi, au lieu de rembourser les millions de campagnes de com' du PS et de l'UMP, et de laisser les partis émergents mourir dans l'oeuf, on réaliserait de nombreuses économies en n’imprimant que le nécessaire. Les moyens de propagandes étant alors les mêmes pour tous, on aurait en plus une véritable égalité des chances, chaque parti ayant autant d'exposition que les autres.

Mieux encore, pour les bulletins de vote, un seul bulletin serait imprimmé, avec la liste de chaque candidat, et une case à cocher en face. Un seul bulletin par élection, cela veut dire moins d'impression papier, donc un geste écologique et économique.